FAQ

Foire aux questions techniques (FAQ)

Questions techniques courantes, répondues par notre équipe d’assistance technique experte

A. Puis-je recevoir un échantillon gratuit d’un produit?

Nous ne proposons pas d’échantillons gratuits ou de taille d’essai à des fins de test. Notre politique est que si un anticorps ne fonctionne pas comme spécifié sur la fiche technique, nous vous proposerons un remplacement ou un remboursement. Si l’anticorps est utilisé dans une espèce ou une application non testée, nous ne pouvons pas offrir de remplacement ou de remboursement.

B. Comment choisir un anticorps secondaire adapté?
Les anticorps secondaires doivent être dirigés contre l’espèce hôte comme anticorps principal que vous utilisez. Par exemple, si votre primaire est un monoclonal de souris, vous aurez besoin d’un secondaire anti-souris.

C. Comment dois-je choisir un contrôle isotype?
Les contrôles isotypiques sont utilisés pour confirmer que la liaison de l’anticorps primaire est spécifique et non le résultat d’une liaison non spécifique au récepteur Fc ou d’autres interactions protéiques. L’anticorps de contrôle de l’isotype doit correspondre à l’espèce hôte de l’anticorps primaire, à l’isotype et à la conjugaison. Par exemple, si l’anticorps primaire est une IgG1 de souris conjuguée au FITC, vous devrez alors choisir un contrôle d’isotype IgG1 de souris conjugué au FITC.

D. Comment dois-je choisir un contrôle positif?
Vous pouvez faire une recherche documentaire rapide sur PubMed pour voir quels tissus et cellules expriment la protéine d’intérêt.

E. Comment dois-je aliquoter mon anticorps?
La taille des aliquotes dépendra de la quantité généralement utilisée dans une expérience. Les aliquotes ne doivent pas être inférieures à 10; plus l’aliquote est petite, plus la concentration du stock est affectée par l’évaporation et l’adsorption de l’anticorps sur la surface du flacon de stockage.

F. Comment puis-je déterminer si un anticorps peut détecter dans une espèce non testée?
CUSABIO ne peut garantir qu’un anticorps fonctionnera dans une espèce non testée, même si l’alignement des séquences est élevé. De nombreuses variables interviennent pour déterminer si un anticorps se liera à une autre espèce.
S’il n’y a pas d’alternatives disponibles et qu’il est nécessaire pour vous d’envisager d’acheter un anticorps pour une utilisation dans une espèce non testée, nous vous recommandons de vérifier l’alignement de la séquence de l’immunogène avec la protéine qui vous intéresse.

G. Cet anticorps réagira-t-il de manière croisée avec une autre isoforme de cette protéine, ou une protéine de la même «famille»?
Nous vous recommandons de vérifier l’alignement de la séquence de l’immunogène avec les isoformes ou d’autres protéines qui vous intéressent. Il existe plusieurs sites Web qui fournissent un outil pour calculer l’alignement en pourcentage.
Prenez une copie de la séquence immunogène de l’anticorps et alignez-la avec la séquence protéique de l’espèce que vous souhaitez tester. Nous recommandons un score d’alignement supérieur à 85% comme une bonne indication qu’un anticorps peut avoir une réaction croisée. Nous recommandons donc que le pourcentage d’alignement soit beaucoup plus faible que cela pour indiquer qu’il ne devrait pas y avoir de réactivité croisée.

H. Pourquoi la taille réelle de la bande Western blot est-elle différente de celle prévue?
Le Western blot est une technique qui sépare les protéines en fonction de leur taille. En général, plus la protéine est petite, plus elle migre rapidement à travers le gel. Cependant, la migration est également affectée par d’autres facteurs, de sorte que la taille réelle de la bande observée peut différer de celle prévue. Les facteurs communs comprennent: la
modification post-traductionnelle – par exemple la phosphorylation, la glycosylation, etc., qui augmente la taille de la protéine
Le clivage post-traductionnel – par exemple de nombreuses protéines sont synthétisées en tant que pro-protéines, puis clivées pour donner la forme active, par exemple les pro-caspases
Splice variantes – l’épissage alternatif peut créer des protéines de tailles différentes produites à partir du même gène
Charge relative – la composition des acides aminés (chargés vs non chargés)
Multimères – par exemple la dimérisation d’une protéine. Ceci est généralement évité dans des conditions réductrices, bien que de fortes interactions puissent entraîner l’apparition de bandes plus élevées

Laisser un commentaire